Numéros d'urgence

Police: 117
Ambulance:144  Feu:118
Toxinfo: 145 Rega: 1414
Médecin: 0848133133
Pharmacie: 0848133133

Dès 1800...

... époque de l’Acte de Médiation attribuant une nouvelle constitution à la Suisse, les bâtiments du Prieuré, qui appartenaient à la commune, contenaient l’appartement du policier municipal, un local d’arrêt, ainsi que l’auberge communale.
La gendarmerie avait comme principale occupation la lutte contre les contrebandiers au Port de Pully. Dans l'exercice de ses fonctions, elle tira sur un Pulliéran et le tua.
 
 
 

Le 23 décembre 1841...

... on plaça un agent au Monts-de-Pully à la suite du règlement de police du 6 février 1839.
Le premier poste de Gendarmerie cantonale fut mis en service le 1er janvier 1896 avec un appartement de deux pièces. Un geôlier (gardien de prison) était alors payé entre 4.- et 10.- CHF de l'an, et ce dès le 3 août 1846.

 


 

Quelques extraits du règlement de police de la commune de Pully du 8 janvier 1833

Les temps et les moeurs changent.......

Des moeurs.
Art. 17 – Il est interdit de faire saillir aucune jument, vache, chèvre ou autre bétail sur la voie publique, ni en vue de celle-ci.
Des dimanches et jours de fête.
Art. 20 – Pendant les services divins des dimanches ordinaires et pendant toute la durée des jours de fête religieuse, les jeux de quilles, les danses, les tirs, les chants, et en général tous les divertissements bruyants sont interdits. Les jeux de billard et de cartes sont tolérés les dimanches de communion et de jeûne depuis 4 heures de l'après-midi.
Propreté et désencombrement des rues et places.
Art. 33 – La divagation des poules, oiseaux de basse-cour et pigeons, est réprimée par les articles 143 et suivants du code rural.
Art. 34 – Ceux qui tuent des porcs sur la voie publique, sont tenus, sous peine d'amende, de laver immédiatement et proprement la place.
Sûreté publique. Précautions contre le feu. Police de nuit.
Art. 35 – Tout ce qui tend à troubler l'ordre, la sûreté et la tranquillité publique, tant de jour comme de nuit, est défendu. Il est particulièrement interdit de parcourir les rues, à des heures indues, en criant, chantant et faisant du bruit.
Art. 36 – Aucun travail bruyant, sur la voie publique ou dans les maisons particulières dans le village, ne peut être effectué avant quatre heures du matin, ni après onze heures du soir.
Art. 37 – Les enfants qui seraient trouvés une heure après le coucher du soleil dans les rues et places publiques à faire des jeux, des attroupements ou du scandale, seront condamnés à une amende.Art. 46 – Il est défendu de tirer des coups de feu, de faire partir des feux d'artifice quelconques, tant dans les rues que sur les places publiques et dès les maisons ou jardins dans l'enceinte du village, et à une distance moindre de 50 mètres, tant de jour que de nuit.
Art. 48 – Il est défendu de fumer avec une pipe non couverte dans l'enceinte du village.
Des auberges et des établissements destinés à la vente en détail et à la consommation des boissons.
Art. 56 – Tout titulaire d'une patente est tenu d'entretenir à ses frais, un réverbère à la porte de son établissement, pour en éclairer l'entrée ainsi que la voie publique toutes les nuits où cela est nécessaire, c'est-à-dire lorsque la lune n'éclaire pas, et peut l'éteindre à la fermeture de l'établissement.
Art. 57 – Tous ces établissements doivent être fermés à onze heures précises du soir pendant toute l'année. Ils ne peuvent être ouverts avant quatre heures du matin.
Police des étrangers.
Art. 79 – La mendicité et le vagabondage sont sévèrement défendus. Les citoyens sont invités à faire connaître à la police les contraventions de ce genre dont ils seraient témoins. Celui qui, dans l'intention d'abuser de la charité publique, feindra une infirmité, sera dénoncé au Préfet.
Mesures relatives aux propriétés foncières.
Art. 81 – Il est défendu, sous peine d'amende, à toute personne de s'introduire dans les possessions d'autrui, sans la permission du propriétaire.
La chasse aux escargots est interdite en hiver.
Des sépultures, de la police des inhumations et des cimetières.
Art. 97 – Aucune inhumation ne sera faite avant que le corps ait été visité par le préposé à cet effet, et avant que ce préposé ait délivré une autorisation d'enterrer. Si celui-ci aperçoit quelque indice de mort violente, il devra immédiatement en informer l'autorité compétente.
Art. 102 – En attendant que le vérificateur des décès soit venu, on devra laisser le mort dans son lit, sans lui ôter sa couverture, son chevet, traversin ou oreiller, sans lui fermer la bouche ni lui couvrir le visage; on se contentera de lui étendre les bras le long du corps sans les croiser sur la poitrine et l'estomac; ce n'est qu'après que le vérificateur aura certifié le décès que le cadavre pourra être mis dans la bière ou le cercueil.
Art. 103 – En attendant que l'enterrement puisse avoir lieu, la bière renfermant le cadavre sera placée, autant que possible, dans un endroit où les exhalaisons qui s'en échappent ne puissent nuire.

 

Communiqués de presse

Communiqués de presseCommuniqués de Police Est Lausannois et articles de presse

Communiqués

Travaux / chantiers

Chantiers en cours et à venirIndispensables, les travaux sur la voie publique constituent une gêne pour la circulation.

Travaux, chantiers et perturbations en cours

Newsletter

Amendes d'ordreVous souhaitez recevoir régulièrement nos communiqués?

Inscrivez-vous...

Go to top